Calicot

C’est une cotonnade originaire de l’Inde qui s’est répandue dans l’océan Indien mais aussi en Europe. II s’agit d’un tissu de qualité très ordinaire, originaire de la ville de Calicut, dans le Kerala.

Calicut_1572

Panorama de Calicut, en 1572 – Georg Braun and Franz Hogenbergs atlas Civitates orbis terrarum.

Plusieurs sources, anglaises et portugaises, s’accordent pour dire que le mot aurait été diffusé à partir du français.

« The word may have come to us through the French calicot, which though retaining the t to the eye, does not do so to the ear. » — (Henry Yule, Hobson-Jobson)

 

« Provêm imediatemente do francês calicot, inglês calico […] » – (Dalgado, Glossario luso-asiatico, p. 186).

Cependant, dans son Manuel lexique ou Dictionnaire portatif des mots françois dont la signification n’est pas familière à tout le monde, ds HÖFLER, indique p. 125 :

« Calico. Espece particuliere de toile de coton, qui vient de Calecut […] Les Anglois ont donné ce nom à toutes les toiles de coton, peintes ou blanches, qui viennent des Indes orientales, et que nous appellons “Indiennes”).

En 1592 on trouve pourtant la mention de calico :

« The calicos were book-calicos, calico launes, broad white calicos, fine starched calicos, coarse white calicos, browne coarse calicos. » – Desc. of the Great Carrack Madre de Dios.

Le mot serait apparu en français fin XVIIe avec la graphie callicoos, puis sous la forme calico. Présent essentiellement dans les récits de voyage, calicot est devenu plus connu à partir du XIXe siècle. C’est à partir de ce moment que cette étoffe est devenue prisée à la Réunion.

L’origine du nom est donc la ville de Calicut, Kôzhikôdoû en malayalam dont la transcription usuelle (municipalité, postes…) est Kozhikode. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *