Parole de… Liz van Deuq

Un piano, une voix,
À la recherche du son, du brut, du tranchant dans le mot, de cordes dans la voix, de percussions dans la poésie et du rythme dans la mélodie. Sous une apparence classique, Liz se fait rock, funk ou
« shebam, pow, blop, wizz ».
La forme est chanson. Le verbe acerbe.
Liz van Deuq

– Les disques de ton enfance et de ton adolescence
Fame, Allo monsieur l’ordinateur de Dorothée, Alain Souchon, Marie Laforêt, des chansons de dessin animé, Richard Clayderman, Robert Miles, Jean-Michel Jarre.

– Pour accueillir le soleil, tu écoutes
Les Destiny’s Child.

– Une chanson que tes parents appréciaient
L’amour à la machine d’Alain Souchon, parce que la ville à côté de chez nous s’appelait La Machine.

– Un artiste français
Daniel Balavoine

– La réalisation dont tu es la plus satisfaite
L’adaptation pour orchestre d’harmonie de 4 de mes chansons et les concerts qui vont avec.

– Le dernier disque que tu as acheté
En terme de date, c’est celui de Marie-Philippe Bergeron (artiste du Grand Huit) Le complexe du gémeau !
Sinon, j’ai acheté Courchevel de Florent Marchet sur Internet. Précédemment, j’avais investi dans Moi en mieux de Clarika.

– Le dernier film que tu as vu
Le pianiste de Polanski.

– Le dernier livre que tu as lu
La Sorcière de Marie NDiaye

– Un chanteur que tu admires
Une chanteuse : Marie-Paule Belle.

– Ton plus grand rêve artistique
Faire un concert avec un orchestre philharmonique : cordes + cuivres + lumières + robe de soirée

– Si tu devais choisir :
* Le journalisme ou la chanson ?
Pour le moment, c’est la chanson. Ma carte de presse est au placard.

* Orchestre ou solo ?
Orchestre !!

* Never ou Nevers ?
Nevers.

– Une chanson et un livre pour l’hiver
Lâche-moi Clarika et un dictionnaire, c’est pratique.

– Qu’évoque pour toi :
* La radio ?
Un métier, une rémunération stable, un passé, des fous rires, du boulot, des collègues gentils et des collègues moins gentils.

* Le Québec ?
Un fantasme que beaucoup de Français ont. J’en fais partie.

* Charbon actif ?
Un concours à Nevers qui m’a permis d’être mise en lumière auprès du public nivernais que j’aime.

– Ce qui te caractérise le mieux
Le piano n’est jamais loin. Sinon, en toute honnêteté : Je ne sais vraiment pas.

– Un objet que tu emportes toujours avec toi
Mon ordinateur. Je suis addicte.

– Pour accueillir les étoiles, tu écoutes
Plus rien ne me fera mal de Jeanne Cherhal

– T’arrive-t-il d’écouter de la musique au milieu de la nuit ?
Oui, mais dans la plupart des cas, je danse dessus.

Site [>]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *