Des librairies pas vraiment comme les autres

Dans « Le Corps des Libraires », Vincent Puente fait découvrir des librairies qui ne vendent qu’un seul livre, ou dont on peut s’enfuir sans payer. Trop beau pour être vrai.

En 2010, un libraire était emmuré vivant. Louis-Stanley Anderson, responsable du rayon des littératures nordiques, a dû attendre quatre jours pour que les pompiers le libèrent de la labyrinthique National Bookstore de Détroit. Fondée en 1972, cette boutique, que son propriétaire avait fait grandir progressivement en achetant les appartements mitoyens, venait d’être revendue. Ce sont des employés d’une entreprise nouvellement installée qui ont donné l’alerte : ils entendaient des voix étouffées dont ils ne parvenaient pas à déterminer l’origine. Louis-Stanley Anderson a expliqué avoir survécu grâce à un garde-manger aménagé dans les réserves.

[Lire la suite sur Le Nouvel Obs]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *