Accident sans gravité

Monsieur Duchemin se rendait en voiture à son bureau. Le feu allait passer au rouge et il accéléra. Aveuglé par le soleil, il ne vit pas la piétonne qui venait de s’engager sur la chaussée. Il la percuta avec l’aile droite de son véhicule et le bruit sinistre du choc le glaça d’effroi. La dame se retrouva allongée près du trottoir. Il freina, se gara en montant sur la bordure et sortit afin de constater les dégâts. Les autres piétons se précipitèrent alors vers la victime. Monsieur Duchemin éclata en sanglots. Plusieurs avaient attrapé leur téléphone portable et passaient des appels dans la plus grande confusion.

« Reculez, reculez ! » ordonnèrent certains pendant que d’autres braillaient : « Les secours vont bientôt arriver ». Une sirène indiqua enfin l’arrivée de la police. Le véhicule se rangea en bloquant la voie de circulation et les policiers placèrent immédiatement des cônes de signalisation avant de procéder à l’audition des témoins. Pendant ce temps, des personnes émues par le drame qui venait de se dérouler sous leurs yeux essayèrent de réconforter la victime, hagarde et dubitative.

— Oui, respirez lentement, vous vous sentirez mieux, renchérit un autre. Ne vous inquiétez surtout pas, on s’est occupé de tout.
— Absolument, confirma une femme ! Asseyez-vous un moment ! Regardez, votre voiture n’a presque rien. Juste une égratignure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *