All posts by Pascal Marion

Cet été-là

Cet été-là, la ville s’était illuminée de nouveau. Pour nous, pas pour elle. Pourquoi ? Elle ne parvenait pas — ou ne désirait pas — à l’exprimer. Cela demeurait un mystère et nous restions perdus en conjectures. Elle avait peut-être peur de la beauté, de la clarté. Ce qui était sûr, c’est qu’elle traînait sa tristesse affligeante partout où elle se rendait. Une tristesse contrastant avec le bonheur ambiant enveloppé de couleurs chaudes qui nous faisaient oublier les rigueurs de l’hiver et les pluies printanières. Nous lui demandions inlassablement pourquoi elle ne partageait pas la bonne humeur de tout le monde. Elle répondait systématiquement par un haussement d’épaules. Cela en devenait désolant et nous avions l’impression que son moral allait avoir raison de la mélodie estivale qui ravissait les cœurs.

Continue reading

Pour un café…

J’ai sauté le pas après de longues hésitations ! En tant que non-professionnel, je ne vis pas de mes travaux qui sont chronophages et coûteux. 

Aussi, je sollicite votre soutien pour continuer à proposer des livres gratuits téléchargeables. Offrez ce que vous vous voulez : une tasse de café, un verre de champagne… ou un carré de sucre ! 

Un siècle de lettres capture les émotions de la vie dans une nouvelle ville, loin de chez soi

Dans Nine Letters, les mots comblent la distance entre amis, amants et famille, formant une douce méditation sur la vie loin de chez soi. L’œuvre poignante de la cinéaste brésilienne et suisse Cristina Müller comprend une série de lettres et de cartes allant des années 1930 à nos jours, chacune d’entre elles étant écrite par quelqu’un qui, comme Müller, se trouve ailleurs que chez lui. Chaque lettre étant racontée dans la langue originale de l’auteur, les histoires transportent les spectateurs à travers les époques et les lieux, tandis que les images offrent des vues contemplatives de la ville moderne de New York passant par les saisons. Des flocons de neige qui tombent aux nombreuses couleurs du ciel, des sorties au cinéma aux opinions politiques, le court métrage capture la sensation de vivre à la fois « ici et là-bas », comme le dit Müller. Dans son interprétation, cette sensation est à la fois particulière à New York et familière à tous ceux qui ont choisi de vivre dans une nouvelle ville, loin de tout ce qu’ils connaissaient auparavant.

Article original en anglais.

La Tulipe et le Coquelicot

Ce premier roman est un voyage culturel qui est la toile fond pour des relations amicales et amoureuses entre personnes d’origine différentes.

L’histoire débute à Montréal. Jila et Mael, deux immigrants, échangent sur leurs difficultés dans leur pays d’adoption et leur culture respective. Une amitié grandira au travers d’un lien épistolaire avant de se défaire de manière brutale.

Le vol d’un objet sacré appartenant à Jila l’obligera à renouer le contact avec son ancien ami. Ils vont apprendre à s’apprivoiser et à développer une relation de connivence, lors d’un périple inexplicable en Iran, pour essayer de le récupérer. Jila reviendra seule à Montréal où sa vie reprendra sous un jour nouveau. De son côté, Mael, grièvement blessé, sera dans l’impossibilité de rentrer. Comme pour son amie, son existence prendra un nouveau virage au sein d’une famille iranienne qui le cache et le protège.

Voir et acheter le roman.

Il y a dix ans

 Il y a dix ans, après huit années de travail de recherche, je publiais à mes frais le « Dictionnaire étymologique du créole réunionnais. Mots d’origine asiatique ». Si l’aventure intellectuelle a été passionnante, enrichissante, on ne peut pas en dire autant de l’accueil accordé à cet ouvrage qui apporte pourtant un éclairage nouveau sur le créole en offrant des réponses à des étymologies restées jusqu’alors non résolues ou fausses.

Il faut dire que la secte universitaire française, et plus particulièrement réunionnaise, ne s’est pas privée pour dénigrer et boycotter le dictionnaire. Jusqu’à ce jour, je n’avais pas souhaité me salir en les nommant. Mais des années se sont écoulées et il me semble que le moment est venu de dénoncer les agissements de certaines « sommités » qui souffrent manifestement d’un manque de modestie et, paradoxalement, d’un complexe d’infériorité à la lecture du manuscrit. « Les spécialistes ne pardonnent jamais aux amateurs d’avoir découvert ce qu’ils n’ont pu trouver eux-mêmes », disait John Steinbeck !

Continue reading

Parole… de Dina Babouder

Dina Babouder

Dina Babouder, iconographe d’origine libanaise, se livre à nous.

— Les disques et livres de ton enfance et de ton adolescence
Disques : la musique classique (la collection de mon père jouait chaque jour).
Livres : Milan Kundera, Simone de Beauvoir, Marguerite Yourcenar…

— Pour accueillir le soleil, tu écoutes
Radio classique (celle de Radio Canada).

— Une chanson que tes parents appréciaient
Il m’est difficile d’en nommer une seule. Ils aiment beaucoup Jean Ferrat, Jacques Brel, etc.

Continue reading

Accident sans gravité

Monsieur Duchemin se rendait en voiture à son bureau. Le feu allait passer au rouge et il accéléra. Aveuglé par le soleil, il ne vit pas la piétonne qui venait de s’engager sur la chaussée. Il la percuta avec l’aile droite de son véhicule et le bruit sinistre du choc le glaça d’effroi. La dame se retrouva allongée près du trottoir. Il freina, se gara en montant sur la bordure et sortit afin de constater les dégâts. Les autres piétons se précipitèrent alors vers la victime. Monsieur Duchemin éclata en sanglots. Plusieurs avaient attrapé leur téléphone portable et passaient des appels dans la plus grande confusion.

Continue reading

Hibou persan

Hibou constitué du motif persan, le boteh djeghe, plus connu sous le nom de paisley ou motif cachemire. La branche sur laquelle il se tient est la calligraphie du mot hibou en persan.

La langue tahitienne menacée de disparition

À Tahiti, les habitants parlent de moins en moins leur langue natale, s’alarme Cybèle Plichart, journaliste et réalisatrice du documentaire. « Je relativisais la situation, en me disant que si le tahitien se perdait à Tahiti, il resterait vivant dans les îles. Mais 75 % de la population est concentrée entre Tahiti et Moorea ! Il y a donc urgence », explique-t-elle. Avec les nouvelles technologies et la mondialisation, les jeunes générations délaissent la pratique de leur langue pour se tourner vers l’anglais ou l’espagnol. Le tahitien, lui, est bien enseigné dans les écoles, mais seulement une heure par semaine.

Continue reading